OPEN DOORWAYS


Focus Of The Month – April, 2017  2017-04-APR-Open-Doorways

nimittam aprayojakaṁ prakṛtīnāṁ varaṇa-bhedas tu tataḥ kṣetrikavat

Causes do not put nature, Prakrti, into motion. They only remove the obstacles and coverings, like a farmer breaking down the barriers to let water flow in the field. The hindrances removed by the causes, Nature impenetrates by herself.

Yoga Sutras of Patanjali IV.3 (Commentary by Shri Brahmananda Sarasvati)

Many people think a yoga practice is about acquiring something, a certain skill or the ability to do an asana. What you are really doing is eliminating the obstacle that prevents you from getting there. You’re stripping away all the excess. It is the restrictive thought, the narrowing of possibilities that disallows the flow of energy or prana. We want these doorways to be open. Yogis are very practical, so to do that, we must investigate how they became closed.

Most often, an asana practice is associated with the physical body. That body is called Anamaya kosha or the food body. Kosha means sheath or covering. But what is moving the physical body? You may think, well, I am. But what actually moves your body is your vitality. Pranamaya kosha is the vital body where prana flows through energy channels called nadis. Now, you can’t dissect a human body and find the nadis. They aren’t visible, but they exist and you can feel them. You can tell when you have abundant energy or when energy is lacking. The koshas are sheaths that cover who we really are. That is whatever you want to call it – spirit, a creation of the Divine, a magical appearance, free, happy, unlimited. That’s your true nature.

You have five koshas or bodies. They may not be visible either, but they all interact with each other. In an asana practice, you could have emotional things going on, you could have intellectual things going on, you could have blissful things going on, and you certainly have physical things going on. But, in the end, what we’re trying to affect is our vitality, the flow of energy. We want to remove barriers that prevent the energy from moving a beneficial way.

Ksetrika is the Sanskrit word for farmer. In India, rice is farmed in paddies. The way it works is the farmer builds a little earth mound around the rice paddy to protect it from a nearby source of flowing water. An expert farmer knows exactly when to take the mound away so the paddy gets flooded at just the right time. The farmer must know how long to leave the field flooded before replacing the mound and stopping the flow. Just because someone has good soil, good seeds and available water, that doesn’t mean they are going to have a good rice crop. It takes a special intelligence to understand what the rice needs to grow. It takes a special wisdom to know the right time of the season, and so forth. All those elements work together to support growth. That is what Patanjali describes in the yoga sutra.

What you do acquire in a yoga practice is that excellent wisdom, that special intellect that allows you to open the gate and let prana flow to places that have become closed off. You gain it by feeling the restrictions in how you can articulate the physical body with your energy. You may want to do an asana, but somehow you can’t get the energy flowing into the back of your leg. The knee is shaky and the foot is bumbling. But, through practice and diligence, you gradually learn to allow the energy to flow freely into the leg. You know how to open and close the gates, like the good farmer.

More than the physical position, your task is to be free while you’re there. Study body language and you can see arrogance, defensiveness or fear in subtle expressions of the body. Are you mainly worried about yourself and your asana? Did you forget why you are doing it? Low self-esteem shows in the physical body’s inability to move with freedom, openness and joy. It is a result of thoughts toward yourself and others. It’s a result of selfish actions taken in the past. This is what closes doors and disallows the flow of prana that would promote growth. If unkind actions close doorways in our lives, then what we’re looking for are kind and virtuous actions.

You are not losing anything by giving away your kindness to others. In fact, you are filled with more vitality. You’ve experienced this at times when you are low on energy, and just really don’t have anything left, but then someone close to you needs your understanding. They need your compassion and support, and you really love them. You love them so much that your own fatigue goes on the back burner. You’re there for them out of a sense of identification with them, out of a love for them. We want that complete freedom, so that wherever you go, you are fully alive and have the ability to surprise everyone with your openness.

~ David Life


IMG_9255

the word anima is the root for the word animal, and it means “soul, that which animates.”

Thus, by definition, all animals have souls, whether human or non-human. Every living being has a soul. …

It is the same no matter what kind of person you are: you may be a human, a cat, a dog, a cow, a bird or a fish person, but regardless, all living beings have souls; if they didn’t they would be dead.  –

Sharon Gannon in the November 2014 Jivamukti Yoga Focus of the Month

Yogis… too serious?


Jivamukti Yoga with Joanna & Jeanine

A DJ

IMG_8820

+

A Cook

IMG_8819

+

J

IMG_8825

& J

IMG_8826

=

A party!

FRIDAY THE 3rd of OCTOBER

SIGN UP SO WE CAN COOK

THE MOST RIDICULOUS OUTFIT

WILL HAVE FREE FOOD!

Dress code:

Hilarious, over the top, too bright, ridiculous, hippysh!!!!

From 18:30 till 21 come and have fun.

We will chant, laugh and dance,

Om, meditate, sweat….

Milène will play live, create the Bhav

As we will move you through our brisk tailor made hideous Jivamukti Practice,

BE READY TO LAUGH

Kwai will soothe your hunger and quench your thirst

Green veg shots and finger food is on the menu

At Soluna’s pop up Mocktail Bar after class.

Please kindly remember to bring change,

50chf for class

25chf for food and drink.

MANDATORY REGISTRATION BY EMAIL FOR MUNCHIES

yogawithjj@gmail.com

Be there or be square!

SOLUNA PAQUIS

View original post

Aparigraha and Veganism


Focus of the Month(FoM) from the Jivamukti Yoga school  – November 2012

 Aparigraha and Veganism

 aparigraha-sthairye janma-kathamta-sambodhah (PYS II.39)

When one becomes selfless and ceases to take more than one needs, one obtains knowledge of why one was born.

           In the Yoga Sutra, Patanjali gives us five recommendations, called  yamas, for how we should treat others if we want to attain liberation. The fifth yama is aparigraha, which means “greedlessness.” When we desire happiness for ourselves at the expense of others, it is called “greed.” Patanjali recommends that yogis seeking enlightenment should try to live a simple life based in moderation rather than excessive consumption. In other words, “Live simply so that others may simply live.”
Real needs are not wrong; wants, on the other hand, can become problematic. We have become habituated to look outside of ourselves for happiness and, in the process, have created powerful addictions that drive our choices. Many of us have become so out of touch with our innermost selves that we do not know where need ends and want begins. We identify with what we have, need, and want. Due to avidya (ignorance), which gives rise to asmita (excessive identification with ego), we think we are our personalities, and with that thinking we lose touch with the true Self.
Our culture has conditioned us over thousands of years to hoard, stockpile, accumulate and save for a rainy day. The amount of things we own gives us a sense of security and creates a legacy of self-importance that we pass on to our children in the hopes of being remembered or immortalized. No other animal besides us would destroy a whole forest or cause the extinction of an entire species while imagining that that has no negative effect upon them or the lives of their children. Unlike us, animals do not approach their food with bags, shovel the food in, fill the bags and then carry them away, leaving nothing for others.
According to the U.N., over 52 billion animals are killed for food worldwide every year. In the U.S. alone, approximately 10 billion land animals and billions of sea creatures are slaughtered for food annually. It is hard to know how many sea creatures are killed, because they are not counted as individuals, but by tonnage. These are staggering numbers, especially if you consider that the human population of the U.S. is around 304 million and that there are only 6.7 billion human beings on the entire planet. These billions of suffering and terrified animals create a planetary atmosphere of fear, terror and violence which we all live and breathe in everyday. One could easily call this amount of animal slaughter excessive.
We are on the brink of an apocalypse that some have prophesied that in the year 2012 will result in a radical shift in how we relate to time. The Greek word apocalypse means “to reveal; to uncover; to stand naked, exposed without artifice, clothing, or possessions.” One implication of this apocalypse may be that when we let go of holding on to things, become less greedy, our hands will be open to receive everything.
We have created a relationship with time in which we believe that life is made up of a linear series of events. Civilized humans have lost their connection with the cycles of nature. We have become time-bound, enslaved to the clock and wristwatch. When we exist fully in the present moment, there is less fear of not having enough in the future and less inclination to greedily stockpile a surplus. All fears come down to the fear of losing: losing fame, youth, money, hair, health, love…and ultimately the body. The result of letting go of the desire to possess (even your own body) is to be liberated from the fear of death. If you think of yourself as mortal, your whole life will be haunted by the fear of death. Through the practice of aparigraha, the yogi becomes conscious of his or her true existence as having never been born and with that realization is able to defeat death; for it is only those who insist they were born who will die. Through adopting a compassionate, vegan lifestyle, we take the first big step toward becoming established in aparigraha, and with that, we step into a bright, enlightened future for ourselves, for the animals and for this planet.
-Sharon Gannon, adapted from Yoga and Vegetarianism

 

Japon- Un message spécial de la part de Sharon Gannon


L’apocalypse — La crise globale                                                  Mars 2011

 

Nous sommes de tout cœur avec nos amis japonais dans la tourmente qu’ils affrontent en ce moment même.  De nombreux étudiants de par le monde m’ont écrit en me disant qu’ils dédiaient leur pratique au peuple japonais et me demandant si leurs prières étaient suffisantes.

Au départ, je comptais m’adresser à mes étudiants japonais dans un message de sympathie tout particulier à leur intention. Mais, au fur et à mesure que je rassemblais mes idées, j’ai réalisé que le tremblement de terre, le tsunami ainsi que les dégâts occasionnés par les centrales nucléaires affectaient le monde entier et qu’il était probable que des incidents similaires se produisent en bien d’autres lieux en dehors du Japon (nous sommes une petite communauté, globale et interconnectée). Bien que nous soyons nombreux à vivre sur des îles comme le Japon ou la ville de New York, nul n’est isolé, aussi ai-je pensé que mon message se devait d’être plus global.

Pour ce qui est de l’efficacité des prières, bien entendu que prier est toujours une bonne chose, et pour ceux qui le peuvent, des dons et des actions bénévoles peuvent également être utiles. Rappelez vous toutefois qu’en tant que yogis, ce à quoi nous aspirons c’est de réaliser l’unité du Vivant.  Les défis auxquels font face tous les êtres vivants au Japon, les défis auxquels la Terre elle-même fait face, sont les nôtres et nous nous devons d’y répondre avec compassion.

Mais en même temps, en tant que communauté saisissons l’occasion pour examiner les choses plus en profondeur. Essayons de comprendre ce qui s’est passé et pourquoi, et comment faire à l’avenir pour éviter de telles souffrances. Bien que la prière et d’autres réactions directes à des événements aussi dramatiques puissent s’avérer utiles, elles peuvent servir d’alibi pour nier notre responsabilité individuelle et être un bon moyen pour éluder les vrais problèmes. Et cela n’est d’aucune aide. L’heure est venue pour nous, en tant qu’êtres humains, de remettre en question notre mode de vie et de cesser de le défendre au mépris des lois de la Nature pour des intérêts économiques à court terme. Nombreux sommes-nous à nous être installés dans un mode de vie qui n’essaie en rien de s’harmoniser avec les lois de Dame Nature. Nous agissons sans la moindre considération pour la façon dont nos actions peuvent, à plus ou moins court terme, affecter la qualité de vie sur notre planète (celle des animaux, celle du sol, de l’eau et de l’air). Par exemple, en abattant des forêts pour construire des centres commerciaux, des pistes d’atterrissage et des complexes immobiliers, en utilisant des matériaux de construction dangereux pour la santé ; en construisant des centrales nucléaires sachant pertinemment les risques que cela implique ; en investissant sciemment dans les forages d’hydrocarbures qui polluent l’air, le sol et l’air tout en mettant en péril la vie des animaux ;  en nous servant de nos fleuves, lacs et océans comme des décharges sauvages de déchets toxiques. Saviez-vous que sur le milliard de sacs en plastique consommés mondialement chaque année (et nécessitant pour leur fabrication des millions de barils de pétrole), plusieurs millions finissent dans les océans où ils tuent ou mutilent la vie sous-marine ?

Tenons-nous à ce point à notre mode de vie? Au point de nous opposer sans cesse à la Terre et suite à un tremblement de terre ou une inondation, demander à Dieu de nous donner le pouvoir de reconstruire afin de rouvrir nos magasins et reprendre le cours des affaires le plus rapidement possible ? Tout fiche en l’air pour appeler au secours le Dieu tout puissant est lamentable. Implorer Dieu de nous aider à défendre notre mode de vie et lutter contre un tremblement de terre ou un tsunami comme si la Terre et les océans étaient des ennemis qui auraient sauvagement attaqué des victimes innocentes montre l’ampleur de notre déconnexion avec Dame Nature. Implorer Dieu de nous donner la force de lutter contre la Terre, c’est ignorer notre place dans l’ordre des choses. Si nous devions faire appel à un sauveur, ne devrait-il pas être l’ami de la Terre ? Nous les humains, n’avons pas été bien amicaux avec la Terre. Nous avons mené notre vie comme si la Terre nous appartenait. C’est d’ailleurs en termes de ressources disponibles à notre exploitation que nous parlons d’Elle. Nous n’avons pas, ou si peu, essayé de vivre en harmonie avec la Terre ; bien au contraire, depuis 10’000 ans voire plus, nous sommes en guerre contre Mère Nature.

Il se pourrait  que les catastrophes naturelles qui s’abattent sur notre monde aujourd’hui, soient la riposte de Dame Nature. Croyons-nous sincèrement qu’elle est passive au point de nous laisser silencieusement continuer à la violenter, l’exploiter jusqu’à la dernière goutte ? Après tout, Elle est un organisme vivant doté d’un système intégré lui permettant de maintenir l’homéostasie, et il est certain qu’elle mettra tout en œuvre pour rétablir l’équilibre en son sein. Tremblements de terre et tsunamis ne sont pas des phénomènes naturels venant de nulle part. En tant qu’êtres humains, notre plus grande erreur a toujours été de nous percevoir comme extérieurs à la Nature, comme des éléments à part ne faisant pas partie intégrante de la Terre. Nous construisons des villes surpeuplées sur des lignes de failles ou en bordure des deltas des fleuves, dévoilant ainsi une vulnérabilité qui prend source dans cette vision surfaite de nous-mêmes comme étant supérieurs et au-dessus des simples forces de la nature. Nous construisons des centrales nucléaires même dans des régions qui ont déjà été, par le passé, frappées par les affres de l’irradiation nucléaire. Tant que le nucléaire constituera une source d’énergie peu coûteuse dans l’immédiat, nous ferons mine d’ignorer les risques encourus (qui se préoccupe d’une éventuelle contamination future ?). Nous avions cru que nous pouvions nous retrancher dans une bulle (une création personnelle sous la forme de gratte-ciel climatisés et/ou de somptueux bâtiments sécurisés). A l’intérieur, dans l’intimité et la sécurité de nos foyers, nous pourrions à loisir regarder la télévision ou surfer sur le net avec les téléphones mobiles à accès illimité.

Nous nous sommes persuadés que la façon dont nous traitons la Terre, les animaux et les autres humains, ne devrait pas nécessairement nous affecter. Or, la vérité c’est qu’à chaque fois que nous empoisonnons l’eau, nous nous empoisonnons ; quand nous diffusons des substances chimiques dans l’atmosphère, nous nous empoisonnons. Chaque lopin de terre cultivé et aspergé de pesticides et d’herbicides est une atteinte portée à tous. Il en est de même pour chaque fleuve, lac ou océan transformé en décharge sauvage. Ainsi en est-il également de chaque animal ou chaque plante génétiquement modifié. Chaque animal enchainé et enfermé dans une ferme avant d’être achevé dans un de ces abattoirs dégoulinants de sang est une atteinte portée à tous. Chaque oiseau migrateur empoisonné tombant du ciel est une atteinte portée à tous. Les forages pétroliers, l’extraction des gaz naturels par fracturation hydraulique et les centrales nucléaires sont une atteinte portée à tous. Nous sommes tous des Terriens (notre sort est inextricablement lié à l’ensemble de tout le Vivant)

Nous, les êtres humains, sommes à l’origine de la crise écologique que nous traversons en ce moment. L’exploitation des animaux et la consommation des ressources de la planète sont les principales causes de cette crise. La plupart des gens ne se rendent même pas compte de la destruction dont nous sommes responsables, et ceux parmi nous qui en ont une petite idée ne savent pas quoi faire.

Pourquoi est-ce que ces catastrophes se produisent maintenant ? La réponse la plus simple consisterait à dire que c’est l’avarice humaine. L’avarice n’est pas l’apanage des riches. Riches et pauvres peuvent se trouver complètement mus par l’avarice. Aujourd’hui, la plupart des humains qui se considèrent comme pauvres souhaitent devenir riches (en clair, ils souhaiteraient avoir l’argent qui leur permettrait d’acheter tout ce qu’ils souhaitent). Quand les gens parlent des droits humains, ils font souvent référence au droit de dépenser de l’argent (la capacité d’asservir et de manger les animaux ainsi que celle d’exploiter les ressources naturelles). Le plus vous avez d’argent, le mieux vous êtes traité. Les gens qui ont moins ou peu d’argent sont maltraités par les autres. Bien entendu dans notre culture, les animaux (qui n’ont pas d’argent) sont les plus maltraités. Ils sont, soit asservis sous la forme de bêtes domestiquées au service de l’appareil productif, soit rapidement exterminés lorsqu’ils résistent et persistent à vivre en liberté.

La population humaine atteint maintenant 7 milliards. Il y a pourtant de nombreux Américains et autres citoyens vivant dans les pays riches qui projettent d’avoir des enfants, justifiant leur choix en disant qu’ils ont les moyens/l’argent d’élever ces enfants. La bonne question serait la suivante «  mais la planète en a-t-elle les moyens ? Peut-elle le supporter ? ». Tout au long de sa vie, un bébé né au Etats-Unis consommera 20 fois plus de ressources naturelles qu’un enfant né en Inde ou en Afrique. Deux pourcent de la population mondiale détient plus de la moitié de la fortune mondiale. Si vous observez une mappemonde, vous constaterez que les populations ayant les plus hauts revenus vivent le long des côtes américaines, européennes, à Hong-Kong, au Japon, en Australie et dans quelques carrés isolés en Arabie Saoudite.

Droits et injustices vont toujours de pair. Et au-delà de cela, il y a quelques vérités incontournables.  Derrière la plupart de nos actions, le plus souvent c’est la « loi du plus fort » qui prévaut. Ne croyez surtout pas que les Républicains qui gagnent beaucoup d’argent soient les seuls à défendre ce leitmotiv. Toute personne qui pense que le simple fait d’avoir l’argent pour se payer quelque chose est un passe-droit pour en faire ce qu’il veut, est mue par la loi du plus fort. C’est ainsi que les lumières restent allumées dans des maisons et des appartements vides. C’est ainsi également que les gens tirent la chasse d’eau à tout va. De la même façon, celui qui a de l’argent peut aller au restaurant ou à l’épicerie se payer un morceau de viande ou un poisson entier. Par conséquent, celui qui a de l’argent peut obtenir à peu près tout ce qu’il désire, peu importent les ramifications morales ou éthiques sur les autres animaux ou sur l’environnement. Et ce droit là, il est hors de question de le remettre en question.

Ce qui se produit en ce moment au Japon pourrait arriver partout. Eh oui, cela peut arriver à tout le monde et la probabilité qu’un événement similaire arrive aux gens vivant le long des côtes et autour des centrales nucléaires frise la certitude. En ce moment même, des choses absolument atroces arrivent des milliards d’animaux dans les fermes d’élevage et dans les laboratoires de recherche. Le même sort terrible est réservé à des milliards de Terriens comme nous qui vivent dans les océans et qui sont en train d’être rapidement empoisonnés.  Face au tremblement de terre et au tsunami au Japon, la réaction la plus significative serait que chacun de nous examine sérieusement son mode de vie et se demande comment réduire sa consommation.

Pourrions-nous nous réveiller de notre ignorance et nous défaire de nos addictions au confort,  à la consommation effrénée, aux divertissements et à notre droit d’acheter des choses ? Ou est-ce déjà trop tard ? J’ignore s’il est trop tard mais quelle est l’alternative ? Devrions-nous tous rester dans cet aveuglement béat parce qu’il est trop désagréable de regarder en face la réalité ? Avons-nous été trop loin pour inverser le processus ? Bien, si vous êtes résignés à cette vision pessimiste alors pourquoi ne pas faire sauter toutes les limites et vous laisser sombrer dans la pagaille la plus complète, boire du champagne, manger des steaks et du homard, ou plus probablement,  continuer à vivre au quotidien comme si de rien n’était ?

Toutefois, si ce scenario heurte votre sensibilité, d’autres options existent. Non seulement ces options requièrent un changement radical de mode de vie mais surtout elles demandent une vision plus large de vous-mêmes. Et ça, ce n’est peut-être pas pour tout le monde. Par les temps qui courent, vivre comme un optimiste intelligent nous demande de trouver des moyens pour simplifier nos vies en commençant par arrêter de penser que « vivre plus simplement » c’est vivre dans la privation. Nous devons éradiquer cette conception qui réduit les droits de l’homme au droit d’acheter des choses. Pour susciter de l’optimisme chacun de nous doit questionner les principes fondamentaux de sa vie.  Qu’est-ce qui motive nos actions, nos relations, quels sont nos rêves et nos aspirations ? Il est absolument certain que chacun de nous constitue une portion certes petite mais significative d’un vaste écosystème fragile. Nous pouvons courageusement choisir de nous considérer comme faisant partie de ce grand tout et agir en conséquence. De nos jours, l’acte le plus courageux qu’un individu puisse faire c’est de se préoccuper du bonheur et du bien-être des autres, et d’élargir cette vision des autres en incluant tous les autres (les autres animaux et tout l’environnement inclus),  en optant pour un mode de vie qui favorise le bien-être des autres. Vivre sa vie de façon à élargir notre propre perception de nous-mêmes, de façon à avoir cette vision suffisamment large pour lutter en faveur de l’amélioration de l’état de la planète, c’est véritablement évoluer vers une vie pleine de sens. Quand un individu peut réduire son propre égo et se percevoir comme faisant partie d’un grand tout alors il commence à entrevoir son potentiel de sainteté. Dans ces conditions, il est impossible de considérer ce qui se passe au Japon comme un événement isolé de notre propre vie. Tôt ou tard, ce qui se produit en ce moment au Japon va vraisemblablement se répandre au reste du monde. Nous sommes tous sur la même barque.

Et comme dans la chanson de Michael Franti «  Tout le monde est accro à la même nicotine, au même gasoil, au même écran couleur, et tout le monde veut s’agripper au même bout de vert... » La véritable question à se poser est la suivante : pouvons-nous nous libérer de nos addictions ? L’addiction à toutes ces choses qui constituent notre précieux mode de vie, un mode de vie qui met en danger l’avenir de la Terre ? Pouvons-nous nous passer des centres commerciaux, des voitures, des avions, des centrales nucléaires, des forages pétroliers, des fast food et des fermes d’élevage ? Avons-nous le courage et la créativité de trouver un autre mode qui ne détruit pas la planète et nous-mêmes ce faisant ? Pourrons-nous vivre ainsi mis à nu ? Serons-nous sincères ? Les temps que nous vivons sont peut-être ceux qui ont été prédits comme l’Apocalypse. Apocalypse veut dire « à découvert ». Une apocalypse est peut-être finalement ce dont nous avons à présent besoin pour nous aider à révéler notre énorme potentiel (qui se cache sous les artifices, les pièges et les faux-semblants qui nous font croire que nous sommes extérieurs à la nature et que c’est un privilège). Puissions-nous nous servir des récentes prétendues catastrophes pour sortir de notre léthargie et examiner notre mode de vie. Et à partir de là, commencer à faire le tri pour ne garder que l’essentiel, et être suffisamment courageux pour laisser tomber le superflu auquel nous avons été conditionnés à nous identifier. Sommes-nous prêts pour cet éveil profond à notre vraie nature ? Serions-nous capables de nous reconnaître nus sans les signes extérieurs propres à notre culture qui nous sont si familiers ? Sans l’addiction à cette consommation effrénée ? Peut-être que si nous essayions de surmonter notre avarice, nous découvririons notre ultime destinée. Ainsi que le suggère Pantajali, celui qui se désintéresse de l’acquisition de biens inutiles connaît la signification de la vie aparigraha-sthairye janma-kathamta-sambodhah PYSII.39

La vérité éternelle qui brûle dans chaque âme c’est la joie, le bonheur, l’amour. Cela est notre profonde nature,  c’est ce à quoi nous aspirons tous, c’est notre destinée. Il est possible que nous ayons cherché ce bonheur au travers de choses extérieures mais il ne se trouve pas dans ces choses. Ce bonheur a toujours été accessible à quiconque souhaite regarder en lui plus profondément. Pour en être capable, il nous faudra nous défaire de nos vêtements et laisse tomber tout ce qui a pu faire écran à notre vraie nature depuis si longtemps.  Nous allons devoir nous plonger dans l’Apocalypse.

Au peuple du Japon, êtres humains et animaux, j’envoie mes bénédictions et élève mes prières. Puisse la souffrance des êtres vivants partout dans le monde être soulagée…

 

Sharon Gannon

 

Bikram … YOGA


J’aime le dimanche – vous aussi peut-être …

Invariablement (ou presque), je prends le chemin du nouveau studio de Bikram Yoga à 10 min de chez moi. Un bonheur quand on aime la pratique physique des asanas et la chaleur (et l’humidité!). Les classes du dimanche sont particulières, souvent bien remplies, le shakti (l’énergie) n’en est que meilleure.  J’adore! J’ai découvert le BikramYoga à Montreal où il y avait un studio à un bloc de là nous habitions. Après avoir survécu au premier cours (sans sortir de la pièce chauffée à 40°C pendant 90min), I was hooked comme on dit là-bas. Alors quand mon amie Gabi m’a appris l’ouverture d’un studio Bikram à Genève, j’ai foncé. Depuis, j’y vais très régulièrement.

Lorsqu’on a déjà une pratique de yoga, cela peut paraître étrange de se regarder faire les postures mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, cela peut s’avérer une aide précieuse à la concentration et bien évidemment à l’auto-correction car l’instructeur n’ajuste pas physiquement. Je trouve qu’également au Bikram, il y a un flow. Flot ininterrompu de l’instructeur (“le fameux dialogue Bikram” que certains apprécient ou pas – pour ma part, je le trouve très précis et concis),  les 26 asanas pratiqués à double à chaque fois, les transitions bien codifiées (les “sit up”) au sol. Toutes ces répétitions, en plus de l’effet cardio des postures participent à l’état de Yoga ( ou “yoga high” comme je me plais à le décrire parfois)

Yogash Citta Vritti NirhodhaPatanjali in Yoga Sutras, Book1, Verse 2  “The restraint of the modifications of the mind-stuff is Yoga” (traduction de Swami Satchidananda …ma version préférée!)

Dans les Yoga Sutras, Maître Pantajali nous décrit plusieurs techniques pour nous aider à parvenir à l’état de Yoga, à samadhi. Et les asanas ou postures sont un moyen de parvenir à cet état de cessation de l’activité mentale ou nirvana. Ce qui ne cesse de m’enchanter et de me surprendre à chaque fois c’est qu’on ne peut pas FAIRE DU YOGA. Le Yoga nous fait juste la grâce de se manifester. Les différentes pratiques de Yoga décrites dans les textes sacrés sont destinées à nous aider, à nous laisser aller…  Nirodhah, cesser de m’identifier à la petite personne que je vois dans le miroir, à ce flux de pensées ( “Karine fait durer cette pose une éternité, c’est pas possible”, “il fait trop chaud”, “j’étouffe”, “Quel heure est-il?”, “j’aurais mieux fait de rester chez moi”,  etc…) et simplement respirer….  C’est magique. Il faut le vivre pour le comprendre. Sri Pattabhi Jois disait “Practice and all is coming“.  Tout est dit. J’encourage chacun(e) à expérimenter les différentes techniques et surtout continuer à avoir une pratique régulière!!

La pratique des asanas (dans l’école de votre choix) est une technique de yoga très puissante.La personnalité de Bikram Choudhury, le fondateur du Bikram Yoga fait l’objet de multiples controverses. En tant que yogini, ce qui m’intéresse dans la pratique des asanas, c’est le Yoga! Les asanas sont véritablement un work-out, une pratique physique très profonde et parfois même intense. C’est dans notre corps physique que sont stockées toutes les mémoires de nos pensées et actions passées. Les mémoires cellulaires du corps contiennent tout: nos conflits, nos émotions, nos souffrances passées et présentes. La pratique des asanas nous purifie littéralement des “karmas non résolus”. En réalité, tant que nous sommes vivants (avec le souffle dans ce corps bien physique) rien ne peut nous élever spirituellement sans affecter notre corps. Rien. Les asanas, la pratique physique sans aucune forme d’intermédiation tape directement dans le réservoir “des karmas irrésolus” pour les purifier mais également augmenter prana, l’énergie vitale. Parmi les multiples raisons qui rendent les asanas si attractifs au grand public, il y a l’envie d’avoir ce corps sain de yogi:beau, souple et délié. Et c’est tout à fait justifié!

Quoi de plus quotidien, physique et spirituel également (vous l’aurez donc compris) que manger ? Acte que des milliards d’êtres vivants répètent plusieurs fois par jour. Avez-vous conscience du chemin (“façon de parler”) que parcourt votre nourriture avant d’être consommée? Si vous êtes en panne d’idées, jetez un coup dans mes liens ou regardez Earthlings ou Terriens sur le net. Ce documentaire avec la voix de Joaquin Phoenix est un must. C’est avec grand plaisir que je prête mes livres, notamment:

  • Yoga and Vegetaranism – Sharon Gannon aka sharonji, ma gourou.
  • The Veganist – Kathy Freston, épatante, jamais culpabilisante, Kathy encourage juste à “ôter un animal après l’autre de son assiette”
  • Crazy, Sexy, Diet (le livre et le film) – Kris Carr, survivante du cancer, cette fille est délicieuse, drôle et créative! Son film est bouleversant, son livre une mine d’infos!
  • The food revolution, how your diet can help save your life and our world – John Robbins, un grand classique, très complet, version revue et augmentée.
  • Face on Your Plate – Jeffrey Moussaieff Masson, que j’aime beaucoup
  • Le rapport Campbell – T. Colin Campbell, et al., la plus vaste étude internationale à ce jour sur la nutrition, tout est dit dans le sous-titre.
  • Eating Animals – Jonathan Safran Foer , lui c’est mon auteur de roman préféré en plus!
  • Why We Love Dogs, Eat Pigs, & Wear Cows: An Introduction to Carnism – Melanie Joy P. Quelle DECOUVERTE!  Regardez le trailer du livre? j’ADORE!
  • The Thrive Diet – Brendan Brazier , un triathlète vegan! Je recommande en plus ses suppléments d’électrolytes que je commence avant le Bikram ou le jogging. En plus de bien expliquer les nutriments essentiels et où les trouver dans le monde végétal, Brendan développe largement sur la question peu abordée de “l’utilisation optimale” des ressources physiques. passionant!
  • Veganomicon –  Isa Chandra Moskowitz (livre de cuisine plein de basiques)

~ OM LOKAH SAMASTAH SUKHINO BAVHANTU – May all beings everywhere be happy and free and may the thoughts, words and actions of my own life contribute in some way to that happiness and to that freedom for all~

Jeanine