Badaboumasana


« Je vous le dis : il faut encore porter en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante » Friedrich Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra.

Parmi vous chères lectrices et lecteurs, figurent des personnes qui me connaissent bien… très bien même. Certain (e) s savent donc ma peur du vide (traverser un pont à quatre pattes…même pas honte) et ma peur de tomber. Au ski (auquel j’ai définitivement renoncé je crois) ce qui me faisait transpirer ce n’était pas vraiment l’effort physique mais mais le s…tress de tomber (et je ne vous dis pas les courbatures.. atroces !).

Avec le yoga, je suis enfin bien tombée et je n’ai pas fini d’explorer les chutes:-)

Un des instructeurs de yoga favori a eu comme premier geste en me touchant (au yoga on dit aussi «  ajuster ») celui de me pousser. Non, ce n’est pas une blague, il a dit « I want you to fall » en joignant le geste à la parole. Tout le studio était hilare – évidemment le challenge ne m’est pas personnellement adressé mais qui d’autre que moi a-t-il encore poussé ? – et moi je suis restée très concentrée. J’exécutais avec toute la grâce dont je suis capable, un très joli « flight over Geneva », ou  VirabhadrasanaIII. La posture dure une éternité… quand on ne respire pas le temps paraît figé. Et voilà qu’il repasse dans ma rangée et dit alors, «Vous m’en bouchez un coin les gars, est-ce que c’est un truc de Genevois de serrer les fesses tout le temps? je vous assure “shakey-plane” ici c’est sans danger». J’explose de rire, les ailes de l’avion battent, suis-je encore sur un pied? c’est absolument sans importance!

Vous savez, je prête souvent une oreille très attentive à mes instructeurs, j’entends bien ce qu’ils disent mais c’est en m’écoutant que j’ai réellement appris le yoga. La beauté du yoga, de « votre pratique de yoga » c’est qu’en fin de compte, c’est la vôtre, elle vous habite depuis toujours et se dévoile parfois de façon inattendue….comme en tremblant, en tombant ou ne tombant pas mais toujours en explorant les asanas pour de vrai .Ces moments où le “trying hard” se transforme en “trying easy” sont rééllement magiques. La posture n’existe plus, seule la sensation compte.

Revenons donc sur sur Badaboumasana. Au départ, c’est simple, vous êtes en chien tête en bas et à la fin, vous vous retrouvez en chien sur une patte avant et une patte arrière au sol. C’est à la fois une inversion, un backbend et un équilibre. Visuellement, cela s’apparente à natarajasana posé au sol en appui sur une jambe et un pied opposé.

Elle est alambiquée cette description je vous l’accorde mais badaboumousana est plus straightforward comme nom que expect-to-fall-down-asana, n’est-ce pas?

Avant d’y arriver, vous aller transiter par eka-pada adho-mukha svanasana mais ce n’est pas the wild thing

Toujours pas clair ? Venez tester l’asana avec moi au studio jeudi ou vendredi prochain….ou attendez un autre billet.

Et d’ici là, allez-y franco, essayez au moins une posture dans laquelle vous risquez vraiment de tomber (avec un petit “t” càd ça fait du bruit mais rien de plus grave que la honte), ça sera votre badaboumasana du jour.

Namaste,

Jeanine

NB: évidemment si vous serrez trop les fesses, le ventre, que vous avez peur du ridicule de tomber et que vous vous prenez trop au sérieux, vous passerez toujours à côté du meilleur…que dis-je du yoga!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s